ET MAINTENANT ?

Et maintenant…

Quelles idées ?

Quels espoirs?

Quelles actions ?

Mais aussi… quelles ruses, pour ne pas se faire piéger par des formulaires, simplifiés ou non ?

Beaucoup de choses ont été dites sur l’opération sans-nom-ZAD (alias JUPITER).

Mais pas toutes !

Ou, du moins, pas toutes ensemble.

Il a été dit, par exemple, que, en attaquant la ZAD, l’état défend l’état de droit.

On a répondu que ce qu’il défend, en réalité, c’est le DROIT DE L’ÉTAT.

Plusieurs penseurs (dont je suis) commencent à réfléchir à la notion de ‘privatisation de l’état’, la notion d’ÉTAT PRIVÉ.

À la dissolution de la notion de ‘public’.

Je pense qu’on peut avancer un pas au-delà.

C’est la notion même de droit qui est à déconstruire.

La notion de droit, dangereusement proche de la notion de propriété.

Un état de droit est un état où j’aurais des droits, où j’aurais LE droit.

(Un état qui produirait des ‘ayant-droit’ comme les appelait très péjorativement Sartre.)

Mais comme le déclare notre petit Macron 1er, ou plutôt notre minuscule UBU le second, des droits, il y a ceux qui en ont… et ceux qui n’en ont pas !

Autrement dit, la notion de droit est très proche de la notion de richesse.

De la même manière que la richesse n’existe QUE par la pauvreté.

C’est à dire que la richesse CRÉE la pauvreté.

Le droit n’existe QUE par le non-droit.

Autrement dit : C’est le droit qui crée le non-droit !

POUVONS-NOUS NOUS SÉPARER DE CETTE NOTION DE DROIT ?

ET PEUT-ÊTRE LA REMPLACER PAR UNE IDÉE DE TRANSACTIONNALITÉ ?

Qui dirait autrement la relation à l’autre, comme négociation et non comme décret.

A-t-il été dit (je ne sais plus) que ce qu’il est nécessaire d’écraser sur la ZAD c’est une nouvelle forme de TRAVAIL ?

Pourtant, notre Ubu le second, comme tous ceux qui sont pressés d’AVANCER, savent que la forme ‘salariat’ est obsolète !

Ils savent depuis longtemps que le travail est derrière nous.

« Ce que nous avons devant nous, c’est la perspective d’une société de travailleurs sans travail, c’est-à-dire privés de la seule activité qui leur reste. On ne peut rien imaginer de pire. » (Hannah Arendt, 1958, déjà !)

Il savent qu’il est donc urgent d’inventer d’autres formes d’ACTIVITÉ.

Qu’il est donc absurde de détruire un laboratoire d’idées !

OUI MAIS… LA LOGIQUE UBUESQUE EST DE NE S’INTÉRESSER QU’AUX FORMES SUSCEPTIBLES DE GÉNÉRER DU PROFIT !

A-t-il été dit (je ne sais plus) qu’UBU le second est la marionnette des lobbies (entre autre) de l’agro-alimentaire ?

Que c’est à ce titre qu’il éradique systématiquement les pousses prometteuses d’une AUTRE agriculture ?

ET EN GÉNÉRAL D’UNE AUTRE ÉCONOMIE!

D’UNE AUTRE PHILOSOPHIE !

UNE FORME DE DÉCROISSANCE !

DE PAUVRETÉ !

Signalons que la revendication de PAUVRETÉ VOLONTAIRE est un tournant épistémologique sans précédent dans notre culture de la RICHESSE !

Ce retournement de toute la philosophie moderne (qui est en fait une idéologie) ne peut aller SANS HEURT !

Car comment faire comprendre à des millions de personnes formatées pour la compétition, la réussite (et même si la plupart d’entre elles s’y sont cassé les dents) que le projet moderne n’était qu’une fiction. Que son seul but était de les pousser au travail ?

IL Y FAUDRA DU TEMPS !

A-t-il été dit que l’opération JUPITER-UBU est une pure opération médiatique ?

Qu’il s’agit bien (et s’agit encore) d’ENFUMAGE ! Et dans tous les sens du terme ?

Qu’il s’agit de cacher plutôt que de montrer ?

Que, en général, la nouvelle POLITIQUE DE L’IMAGE consiste à masquer ?

Masquer quoi ?

Masquer tout !

Exhiber une image comme écran !

Masquer… les comportements post-COLONIAUX de la france en afrique, par exemple.

Le débat indispensable sur le NUCLÉAIRE. Sur l’énergie.

L’Ubuesque POLITIQUE DE L’ARMEMENT.

Masquer, surtout, « un programme de privatisation calqué sur celui imposé par la Troïka à l’Europe du Sud que prépare l’exécutif. Aéroports régionaux, ports, barrages… les actifs stratégiques, les monopoles naturels, les biens communs sont appelés à être dilapidés. » (Mauduit, Mediapart)

Il s’agit aussi d’opposer.

Opposer par exemple les VRAIS TRAVAILLEURS (qui n’en ont plus pour longtemps) aux fainéants, marginaux, asociaux, en un mot SQUATTEURS !

JE SUIS BIEN CONSCIENT QUE, POUR CELLES-EUX QUI SE SONT BATTU.E.S PIED À PIED À NOTRE DAME DES LANDES, IL EST DIFFICILE D’ACCEPTER L’IDÉE QUE TOUT CECI N’ÉST QU’UN LEURRE.

Mais d’autre part… de penser qu’il ne s’agit QUE d’une opération de diversion, est-ce que cela peut aider à penser la suite ?

Par exemple :

S’il ne s’agit que d’un spectacle, alors… les ennemis supposés ne le sont pas forcément, une fois le rideau baissé.

Il est donc possible d’éviter de se penser séparé, poussé à l’extérieur (du social).

Il est donc possible ENCORE de se penser AU CENTRE de ce qui se prépare pour demain !

Il est donc possible (une fois les plaies pansées) d’être exactement LÀ OÙ ON EST, sans douter de sa propre LÉGITIMITÉ.

Il est donc possible de NÉGOCIER ENCORE PLUS DUR QU’AVANT ; CONSCIENT DE SA FORCE ET DE SA LÉGITIMITÉ.

Il ne faut pas oublier le côté positif des choses : JUPITER nous a permis in-extremis de se retrouver et de dépasser nos querelles !

MERCI UBU ! MERCI JUPITER !

Il a été dit, enfin, que la violence de l’état s’en prend à tout ce qui n’est pas strictement individuel, tous les projets qui ne sont pas strictement individualistes.

D’autre part dans son baratin notre petit roi UBU prétend que les projets collectifs sont acceptables, à condition de se situer dans le cadre légal.

Sur ce point très délicat je crois que la réponse est de ne PAS CONSIDÉRER LA LOI COMME ENNEMIE. Mais, au contraire, de se l’approprier ! Voire de la retourner !

JE PROPOSE L’IDÉE QU’ON TROUVE UNE FORME JURIDIQUE OÙ COLLECTIF ET INDIVIDU NE SOIENT PAS OPPOSÉS.

PRÉCISONS : TROUVER UN STATUT COLLECTIF QUI ENGLOBE LES DÉCLARATIONS INDIVIDUELLES.

EN D’AUTRES TERMES, IL S’AGIT DE SIGNER COLLECTIVEMENT LES DÉCLARATIONS INDIVIDUELLES.

Amis juristes, il y a urgence ! À vos claviers !

2 commentaires

  1. Une nouvelle idée de l’histoire. Si l’histoire passée commence par l’invention qui a consisté à gérer des population dont on s’appropriait le territoire. (Que cet on s’appelle État mafia bande armée bananeraie pharaon Snope.) Les peuples se reconstituent par la réappropriation de ce dont ils ont été dépossédés et cela pourrait être le commencement d’une autre histoire.

    Jean Monod 102B Résidence du 8 Mai 46200 Souillac 0641438718

    J'aime

  2. Merci Jean ! En effet ! J’écrivais récemment : À propos de droits et de propriété, une anecdote que je rapporte d’Asie : un village des Philippines, sur la cote, la terre appartient au village, aux villageois. Un jour, un notaire de Manille devient propriétaire de toute la plage et ses environs. Comment ? On ne sait pas. On suppose qu’il a rédigé un ‘acte de propriété’, peut-être indemnisé les villageois avec de la verroterie… Le droit et la propriété… relèvent de l’écrit. La coutume n’y a aucune place.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s