BURE À CUIRE, 3 MARS 2018

ci-dessus, prise de parole avant le départ de la manif

Nous avons décidé de publier ce texte qui constitue l’une des prises de paroles au début de la manifestation de ce samedi 3 mars après midi, parce que ce qui se passse à Bure est gravissime. Les technocrates au service de l’oligarchie (car il s’agit bien, ici aussi, de FRIC, de vendre des centrales avec SAV) utilisent leur police contre NOUS les VIVANTS, contre la vie, contre l’espoir, contre l’amour (et les enfants qui en naissent). Les pires fictions de K. Dick ou de Huxley sont depuis longtemps dépassées au pays de l’ordre nucléaire, de la guerre, et de la terreur. Les terroristes ne sont pas les marionettes montrées du doigt. Celles-là servent juste de diversion à la TERREUR d’État.

 

Cher.e.s ami.e.s

Nous vous accueillons dans un village assiégé, entouré de barrages de flics,  sous la surveillance d’hélicoptères et de drones. On parle de plusieurs centaines de gendarmes mobiles.Notre territoire rural ressemble à ces zones ultramilitarisées des G20 où se pavanent les puissants de ce monde.

2 BURE depart vers le bois

départ du cortège vers le bois

Les autorités n’ont pas lésiné sur les moyens pour imposer leur poubelle nucléaire. Après nous avoir expulsé violemment du bois lejuc, la préfecture a déposé plusieurs arrêtés interdisant la circulation; le stationnement et notre manifestation.

2 le cortege sort du chemin

le cortège sort du chemin

Cela ne nous étonne même plus. Nous n’attendons plus rien des autorités. Le dialogue a été coupé depuis longtemps et nous ne comptons plus les trahisons ; de dominique voynet en 1999 qui avait autorisé par décret la construction du labo à Nicolas hulot qui s’affichait contre le projet CIGEO avant d’être ministre.

2 BURE la police attend 2

la police attend

Nous agirons donc  d’abord par nous même, ensemble, dans ce mouvement collectif qui se construit partout à travers la France, grâce aux nombreux comités de soutien et de lutte qui se sont constitués les derniers mois. Malgré la repression qui s’abat sur nous, nous voulons dire que nous nous sentons forts grâce à vous tous, grâce aux  témoignages de solidarité reçues de toutes parts, les dons, les aides, les sourires.

Ils voudraient faire de Bure et Mandres en barrois des villages coupés du monde où enfouir leur immondice sans vague, loin des yeux loin du coeur. Mais ils ont raté. Nous sommes là et nous ne lâcherons rien, nous sommes plus déterminés que jamais.

2 BURE lacrymos

les premières lacrymos

Aujourd’hui, nous allons avancer vers le bois, car cette forêt cristallise tous nos rêves, nos espoirs, notre rage. Nous y avons vécu, nous nous y sommes aimés. Nous ne supporterons pas que les bulldozer la rase. Nous voulons construire une vigie à l’entrée du bois sur le terrain d’un ami. C’est un geste collectif, fort, que nous voulons poser ensemble. Nous vous invitons tous à prendre un morceau de cette vigie !

2 BURE le repli.jpg

le repli

Hélàs nous ne savons pas comment vont réagir les gendarmes. Ce que nous voulons dire, c’est que nous nous sentons vulnérables, fragiles face à ces hommes en armes. Nous allons essayer d’aller le plus loin possible ensemble. Vous pouvez faire ce signe  ( ……) si vous ne vous sentez pas bien, pas en sécurité.

Ce qui est certain, c’est que nous ne nous laisserons pas atomisés, que cette journée n’est pas un coup d’éclat mais le début d’une longue bataille pour la reprise de ce bois.

Nous ne lâcherons rien !

 

2 BURE mandres en barrois à l'aube

2 BURE dimanche matin

Mandres-en-Barrois, dimanche 4, au petit matin

PS

Le dispositif policier a maintenu le groupe de balade loin du bois le juc. A la fin les policiers échauffés ont décidé de faire une charge virulente entrainant l’arrestation de 9 personnes. Une  a été relachée dans la demi heure. Ils ont continué de maintenir la pression jusqu’au retour à Mandres, allant même jusqu’à continuer de tirer les lacrymos dans le village et des jardins privés.

8 personnes sont encore en garde à vue et vont passer la nuit au comissariat. Une volonté délibérée des forces repressives a été mise en oeuvre pour rendre difficile et pénible la possibilité de les défendre puisqu’ils ont été mis dans 6 commissariats différents de la Meuse avec des centaines de km entre chaque: Saint Mihiel, Revigny, Sivry sur Meuse, Verdun, Etain, Vigneulles. Ca rend compliquer d’avoir accès à des avocats et de pouvoir faire des rassemblements de soutien.

 

1 commentaire

  1. Ne nous trompons pas. Ce qui se passse à Bure est gravissime. La façon dont les technocrates au service de l’oligarchie (car il s’agit bien, ici aussi, de FRIC, de vendre des centrales avec SAV) utilisent la police contre NOUS, les VIVANTS. Il s’agit d’un moment très important de ce que j’ai de plus en plus envie d’appeler… la fin du monde ! Combien en existe-t-il de mondes ? Combien de fins ? Y a-t-il une possible fin heureuse ? Même si nous n’en sommes ni les artisans, ni les acteurs ?

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s